INSPIRATIONS

En 2021, « prolongez vos racines pour continuer à déployer vos ailes… »

2020 aura été, à bien des égards, une année « challenging » pour nous tous. Et puisque nous ne connaissons pas avec certitude la date où nous serons délivrés du Covid-19 et de ses multiples conséquences dramatiques, je vous conseille de « prolonger vos racines, pour continuer à déployer vos ailes ».

Prolonger vos racines, c’est, à l’instar de l’arbre, aller puiser en vous de nouvelles ressources pour consolider celles que vous utilisez déjà, naturellement, dans le but de vous maintenir à flot « mentalement », dans les circonstances limitantes actuelles.

Déployer vos ailes, c’est faire référence à l’agréable sensation qui vous envahit lorsque vous avez la possibilité de vous « épanouir » un peu plus.

Pour les uns, les ressources viendront de la mise en place de saines et nouvelles routines comme par exemple faire une vraie pause plusieurs fois par jour. Pour les autres, il s’agira de renouer avec la nature en allant faire une promenade aux heures où il fait encore jour. A chacun ses besoins, à chacun ses solutions. Les petits rituels réguliers que vous mettrez en place vous permettront de prendre soin de vous. En prenant soin de vous, vous vous donnerez un peu d’oxygène et de temps pour réfléchir à ce que vous rêveriez d’accomplir et qui nourrirait votre motivation intrinsèque. Nul besoin de grands programmes compliqués. De petites résolutions bien choisies et saupoudrées chaque jour sont suffisantes pour permettre le déploiement de vos ailes, comme celles du papillon lorsqu’il sort de sa chrysalide.

S’éloigner de la pression

Dans ma pratique de coach, j’accueille souvent des personnes qui me parlent de la pression qu’elles subissent. Il s’agit de pressions qui peuvent venir du cadre professionnel, du cadre privé ou une combinaison des deux. Lorsqu’elles me consultent, ces personnes sont en souffrance par rapport à ce trop plein et ne savent pas que faire pour s’en éloigner.

Il n’est pas toujours nécessaire de fuir la situation en changeant de job pour sortir du cercle vicieux. Il est souvent possible de rester dans le même poste, la même entreprise en démarrant un accompagnement professionnel pour petit à petit mettre en place des solutions durables.

S’éloigner de ces poids, éviter le burn-out, poser de nouveaux choix, reprendre le contrôle de sa vie, retrouver de l’énergie, de la sérénité, de la satisfaction dans sa vie personnelle et professionnelle sont des objectifs sains avec lesquels vous pouvez aborder un coach professionnel, quand rien ne va plus et que vous ne savez plus quoi faire.

Voici quelques pistes pour commencer doucement à vous éloigner du stress, en attendant de commencer votre trajet de coaching : allez vous promener en pleine nature, loin des bruits de la ville, ramassez de belles feuilles, des pommes de pain, une brindille trouvée sur le chemin ou des coquillages. Respirez. Savourez ce moment que vous vous octroyez. Un moment que vous avez choisi, pour vous-même, pour commencer à vous éloigner de la pression.

Changer d’orientation, c’est possible ?

« Madame Joubert, cela fait plus de 15 ans (20 ans, 30 ans…) que je suis dans ce métier, ce rôle ou ce secteur et je réalise que je ne m’y épanouis plus du tout. Cela doit changer, mais je n’ai aucune idée de ce que je pourrais faire d’autre. Un changement d’orientation à mon âge, est-ce possible ? »

Crise de la quarantaine, de la cinquantaine ou simple constat ? Il est vrai que cette question du changement d’orientation est posée plus souvent par des personnes âgées de 40 à 50 ans. Celles-ci réalisent qu’elles n’ont pas assez de motivation pour poursuivre encore 15 ans ou plus ce qu’elles ont effectué depuis la sortie de leurs études.

Ce thème est récurrent. En 6 à 9 séances, mes coachés obtiennent de très bons résultats pouvant aller jusqu’à des changements radicaux de type 180 degrés (repositionnement dans un métier, un rôle et un secteur différents).

Chaque personnalité et chaque besoin étant uniques, je n’utilise pas les mêmes approches, les mêmes outils, les mêmes techniques. Je m’adapte pour faire germer le meilleur repositionnement pour chacun(e) : celui qui fait du « sens ».

Au secours, je n’aime plus mon job !

Cette petite phrase m’est souvent glissée, lors de notre premier entretien. Ne plus avoir de motivation d’aller travailler en se levant le matin, penser avec angoisse à sa journée du lundi dès le dimanche après-midi, perdre le « sens » de son utilité au travail, avoir des conflits récurrents avec son supérieur hiérarchique, ses collègues ou son équipe ou encore être souvent mécontent de ses propres réalisations… ce sont des constats qu’il est important et courageux de faire.

Ces constats honnêtes par rapport à vous-même et la situation que vous traversez, le constat de « sur-place » ou « d’impuissance » pour trouver une issue de secours sont souvent de très bons moments pour approcher un coach professionnel. A partir d’un ou deux entretiens, le coaché va définir ses propres objectifs de coaching. En vous accompagnant, je ne vous dicterais pas de solutions, je n’orienterais pas non plus celles-ci. Je faciliterais l’émergence des meilleures solutions auquel vous n’auriez pas eu accès seul(e).

Un trajet de coaching débouche sur une nouvelle réalité, qui se traduit par des signes reconnaissables : les ruminations disparaissent, le niveau d’énergie remonte, les sourires sont plus fréquents, le /la coaché re-sifflote le matin avant de commencer sa journée.

Les métiers de mes coachés

Je coache tous les professionnels (de 17 à 67 ans) en proie à des difficultés dans le cadre de leur emploi. 

Leurs métiers, leurs rôles et les secteurs dans lesquels ils exercent sont très variés :

Médecins, avocat-es, fonctionnaires européens, directeur-trice de musées, directeurs-trices des ressources humaines, danseur-euse, sportif professionnel, pharmacien/ne, directeurs/trices de maison de retraite, enseignant-es, policy officer, cyber security officer, marketing manager, digital campaign manager, biologiste, assistante sociale, responsable commercial, employé(e) de bureau, chef de département, administrateur-trice délégué-e, chef-fes de projets…